Questions et réponses

Commission Doctrinale – International Catholic Charismatic Renewal Services

Année 2011

 

En réponse aux questions concernant la validité du Reiki, en tant que thérapie alternative, le Comité des évêques américains sur la doctrine a publié une déclaration : Guide permettant l’évaluation du Reiki en tant que thérapie alternative.

Voici le résumé du document des évêques pour aider les responsables du Renouveau charismatique catholique à répondre aux questions que continue de soulever le Reiki. Pour obtenir tout le texte, consultez le site de l’USCCB.

 

Guérir par la grâce divine et guérir par une puissance naturelle.

Jésus Christ a accompli de nombreuses guérisons physiques et à travers le Saint-Esprit , et a donné le charisme de guérison à son Église à tous les âges. La guérison divine peut advenir par les sacrements, grâce à des sacramentels, ou simplement par des prières de guérison.

L’Église catholique a aussi tout au long de son histoire pris soin des malades, fondé des hôpitaux et institutions qui utilisent les moyens naturels pour guérir avec prière et confiance en Dieu de qui vient toute guérison (voir Sirach 38,1-8). Le fait qu’il est possible d’être guéri par la force divine ne veut pas dire que nous ne devrions pas utiliser des moyens naturels que nous avons à notre disposition.

 

Reili et guérison

Le Reiki est une technique qui a été mise au point au Japon dans les dernières années 1800 par Mikao Usui qui étudiait les textes bouddhiques. Le Reiki enseigne que la maladie est causée par une perturbation ou un déséquilibre dans son « énergie vitale ». Pour effectuer une guérison, le praticien place ses mains en diverses positions sur le corps humain pour faciliter le flot de cette énergie vitale universelle. Diverses cérémonies utilisant « des symboles sacrés » accompagnent l’initiation d’un praticien du Reiki.

Certains avancent que le Reiki n’est pas une religion, mais simplement une technique qui peut être utilisée par des gens de traditions religieuses variées. La littérature sur le Reiki, cependant, le décrit souvent comme une guérison spirituelle et fait référence à Dieu, la déesse, « la puissance de guérison divine » et « l’esprit divin ». Le Reiki est aussi décrit comme « un mode de vie », avec cinq préceptes éthiques spécifiques à suivre.

Il y a quelques promoteurs du Reiki, principalement les infirmières, qui voudraient nous voir accepter le Reiki comme un moyen naturel de guérison. Mais pour ceci, il faudrait que le Reiki réponde aux normes des sciences naturelles. Le Reiki ne remplit pas ces conditions et manque de crédibilité scientifique. Certains ont tenté d’identifier le Reiki avec la guérison divine que connaissent les Chrétiens, mais ils se trompent. Il n’y a qu’une source de guérison divine, Jésus

Christ, et c’est à lui seul que nous adressons nos prières de guérison. Marie et les saints intercèdent, mais toute guérison vient de Dieu. Ajouter simplement le nom de Jésus Christ en utilisant le Reiki ne change pas la nature essentielle du Reiki, qui n’est pas une prière, mais une technique qui est passée depuis le « Maître du Reiki » à ses élèves, et qui est censé produire fidèlement les résultats anticipés. Ni l’Écriture, ni la tradition chrétienne ne parlent du monde naturel basé sur « l’énergie vitale universelle » qui est sujet à manipulation par les êtres humains. Cette vision du monde est en fait, de caractère panthéiste. (Le panthéisme est une doctrine philosophique qui tient que la nature elle-même est dieu. Donc une pierre est dieu, vous êtes dieu, la terre est dieu, etc.)

 

Conclusion

Pour un catholique croire à la thérapie Reiki présente des problèmes insolubles. Employer une technique qui n’a pas de base scientifique, et qui n’est même pas plausible, pour prendre soin de notre santé ou de la santé des autres est imprudent.

Le Reiki met aussi en danger la santé spirituelle. Un catholique qui met sa confiance dans le Reiki touche à la superstition. Malheureusement quelques-uns par ignorance ont utilisé ces techniques sans comprendre leurs implications. C’est la responsabilité de tous les enseignants catholiques et celle des leaders ou responsables dans l’Église de comprendre les dangers du Reiki et d’enseigner en conséquence, en union avec le Magistère.

Les évêques concluent par une déclaration forte et claire à toute institution catholique, centres de retraite et chapelains catholiques que les techniques du Reiki sont totalement incompatibles avec l’enseignement catholique, et ne doivent donc pas être encouragées ni soutenues.

 

 

 

 

 

 
Messages only