Questions et réponses

Commission Doctrinale – International Catholic Charismatic Renewal Services

Année 2013

 

Les charismes sont des grâces spéciales accordées par le Saint-Esprit pour permettre aux chrétiens de devenir de puissants canaux de l’amour et de la présence de Dieu dans le monde. Qu’ils soient extraordinaires ou ordinaires, les charismes doivent être mis au service de tous pour construire le Corps du Christ (CEC 2003). « À chacun la manifestation de l’Esprit est donnée en vue du bien commun » (1 Co 12,7). À la différence des grâces sanctifiantes, les charismes sont donnés à des mesures différentes aux membres de l’Église. Ce sont des dons à offrir, et c’est ainsi que la bonté de Dieu rejoint notre prochain à travers nous.

Dans l’histoire récente de l’Église, avant le Concile Vatican II, les charismes étaient souvent négligés. Le Père Raniero Cantalamessa remarque que « les charismes ont disparu, non tant de la vie de l’Église que de la théologie.» Le Renouveau charismatique a contribué à la redécouverte des charismes, les reconnaissant comme faisant partie de la vie chrétienne.

Les charismes jouent un rôle crucial dans l’évangélisation. Jésus commença lui-même son ministère charismatique après avoir été rempli de l’Esprit à son baptême : « Jésus, rempli d’Esprit Saint, revint du Jourdain, et il était mené par l’Esprit à travers le désert». Jésus vint à bout du tentateur et retourna « dans la puissance de l’Esprit Saint » en Galilée (Lc 4,1-14 ; Ac 10,38).

Jésus dit à ses apôtres qu’avant de commencer leur mission jusqu’aux confins de la terre, ils devaient attendre d’être « revêtus de la force d’en-Haut » (Lc 24,49). L’évangélisation est ainsi l’œuvre du Saint-Esprit, qui leur donne la force, et confirme le message en l’accompagnant de charismes, signes et miracles (Cf. Mc 16,20).

 

Le Baptême contient la semence des charismes

Considérons ce que nous dit l’Écriture sur la réception des charismes. Après que le Saint-Esprit eut été déversé sur eux à la Pentecôte, avec le don des langues et un débordement de louange à Dieu, Pierre se leva et expliqua à la foule rassemblée comment eux aussi pouvaient recevoir le même Esprit : « Repentez-vous et que chacun de vous se fasse baptiser au nom de Jésus Christ pour la rémission de ses péchés, et vous recevrez alors le don du Saint-Esprit » (Ac 2,38). Cela veut dire que les charismes sont enracinés dans le Baptême. Paul indique également le Baptême comme la source des charismes : « Aussi bien est-ce en un seul Esprit que nous avons tous été baptisés pour ne former qu’un seul corps… et tous nous avons été abreuvés d’un seul Esprit » (1 Co 12,13).

Plus loin dans les Actes, lorsqu’un groupe de nouveaux baptisés ne manifestait aucun charisme, les Apôtres ont reconnu que quelque chose de plus était nécessaire pour la pleine effusion de l’Esprit. Ils ont donc imposé les mains sur les nouveaux baptisés, qui ont alors reçu l’Esprit avec manifestation visible des charismes (Ac 8,17). L’Église reconnait cette imposition des mains, comme l’origine du sacrement de confirmation « qui d’une certaine façon perpétue la grâce de la Pentecôte dans l’Église » (CEC 1288).

Ainsi le Baptême et la Confirmation constituent un authentique « Baptême dans le Saint-Esprit et le feu ». Ces sacrements confèrent le Saint-Esprit et la grâce sanctifiante en Jésus Christ. Lorsque les candidats sont bien préparés par l’annonce du kérygme et un bon enseignement sur les dons de l’Esprit, ils manifestent très vite des dons comme la prophétie et le parler en langues.

Dans de nombreux cas, cependant, la pleine manifestation des sacrements n’apparaît que plus tard, lorsqu’une personne reçoit la prière pour le baptême dans le Saint-Esprit. Quand vous mettez un morceau de sucre dans un bol de lait, vous ne pouvez goûter le sucré avant d’avoir remué le lait. La prière pour le baptême dans l’Esprit n’est pas un nouveau sacrement, mais un canal de grâce qui donne vie à ce que vous avez reçu dans les sacrements. Nous ne devons pas en conclure qu’un baptisé ne peut manifester de charismes qu’après avoir reçu la prière pour le baptême dans l’Esprit.

Quand on s’ouvre au Saint-Esprit avec docilité, humilité et amour, les charismes se manifestent pleinement. C’est alors que nous remarquons que nos œuvres de service, prière, évangélisation ou enseignement ont acquis une force qui touche les cœurs, éclaire l’intelligence, conduit à la conversion et guérit.

 

Charismes, habilité et faux dons

Les charismes du Saint-Esprit sont surnaturels, Ils se distinguent des talents naturels ou des compétences acquises. Les charismes peuvent, cependant, être greffés sur un don naturel tel que l’enseignement ou la musique, et être mis au service du Royaume de Dieu.

Paul enseigne que le discernement est essentiel pour le bon exercice des charismes. « N’éteignez pas l’Esprit, ne dépréciez pas les dons de prophétie ; mais vérifiez tout : ce qui est bon, retenez- le ; gardez-vous de toute espèce de mal » (1 Th 5, 19-22). Les faux dons sont une imitation des véritables charismes, qui peuvent se manifester dans des sujets sous l’influence de Satan. Jésus nous met en garde : « Beaucoup me diront en ce jour-là “ Seigneur, Seigneur, n’est-ce pas en ton nom que nous avons prophétisé ? En ton nom que nous avons chassé les démons ? En ton nom que nous avons fait bien des miracles ?” Alors je leur dirai en face : Jamais je ne vous ai connus ; écartez-vous de moi, vous qui commettez l’iniquité » (Mt 7, 22-23).

Nous ne devons pas oublier que nous ne possédons pas les charismes. Ils peuvent être perdus si nous n’agissons pas sous la grâce de l’Esprit Saint, pour construire l’Église dans l’humilité et l’amour.