Questions et réponses

Commission Doctrinale – International Catholic Charismatic Renewal Services

Année 2013

 

La question a été soulevée dans de nombreux pays où le Séminaire de la vie dans l’Esprit n’est pas seulement un moyen de réveil des Catholiques baptisés, mais aussi une façon évangélique de rejoindre les gens qui n’ont jamais été baptisés. Pour répondre à cette question, nous devons considérer ce que les Écritures et la Tradition nous disent sur le Saint-Esprit en relation avec les sacrements d’initiation.

Dans les Actes, au chapitre 2, nous voyons comment la promesse de Jésus à ses disciples : « Vous serez baptisés dans le Saint-Esprit » (Ac 1,5) s’est réalisée à la Pentecôte. Quand la foule s’est réunie, Pierre a proclamé la bonne nouvelle de Jésus, puis il a expliqué comment ils pouvaient eux aussi recevoir le même don : « Repentez-vous, et que chacun de vous se fasse baptiser au nom de Jésus Christ pour la rémission de ses péchés, et vous recevrez alors le don du Saint-Esprit » (Ac 2,38). Cette déclaration très importante établit un lien entre le sacrement du baptême et le baptême dans le Saint-Esprit. Le Saint-Esprit, don suprême de Dieu, est reçu non simplement par la prière individuelle, mais il est incorporé dans l’Église par le baptême.

Le même lien réapparait dans l’histoire des nouveaux convertis en Samarie. Là on trouve l’élément supplémentaire de l’imposition des mains (Ac 8,12-17), que l’Église reconnaît comme l’origine du sacrement de confirmation (CEC 1288). À Éphèse également le Saint-Esprit, avec les manifestations charismatiques qui l’accompagnent, était donné à travers le baptême et l’imposition des mains (Ac 19,5-6). D’autres passages du Nouveau Testament confirment également que le baptême est la voie normale par laquelle le don de l’Esprit est conféré. (Cf. Jn 3,5 ; 1 Co 6,11 ; 12-13 ; Tt 3,5).

Il existe un cas, la conversion de Corneille et de toute sa maison, où le Saint-Esprit a été répandu avant le baptême (Ac 10,44-48). Cependant, Luc souligne que c’était un événement unique, un tournant dans l’histoire du salut. Dans ce cas, Dieu a agi en toute souveraineté pour montrer au-delà de tout doute, qu’Il offrait le salut dans le Christ aux gentils comme aux Juifs. Pierre n’avait pas prié pour que les nouveaux croyants soient remplis de l’Esprit Saint ; Dieu accomplit ceci avant même que Pierre ait fini de parler. Il est significatif qu’alors que Corneille et ses amis étaient visiblement baptisés dans l’Esprit, Pierre ait considéré essentiel qu’ils soient aussi sacramentellement baptisés (Ac 10, 48).

L’exemple de Corneille nous rappelle que Dieu est libre de déverser son Esprit Saint au moment et sous la forme qu’Il souhaite. Cela ne veut pas dire que le peuple de Dieu soit libre de s’écarter des voies ordinaires de grâce qu’Il a établies, les sacrements. Dans le baptême nous sommes totalement libérés du péché, réconciliés avec Dieu, pour renaître enfants de Dieu (CEC 1262-70), et c’est seulement de cette façon que l’Esprit même de Dieu vient demeurer en nous.

L’Église des premiers temps trouvait naturel le lien entre les sacrements d’initiation et l’effusion du Saint-Esprit. Lorsque les nouveaux croyants étaient baptisés et oints, ils se sentaient envahis par l’Esprit, recevant cette force qui transforme la vie, cette joie débordante, et la manifestation des charismes. Le don du Saint-Esprit n’était pas simplement une doctrine qu’il faut croire, mais un fait expérimenté.

Dans les siècles qui ont suivi, il est devenu de plus en plus commun de recevoir les sacrements d’initiation sans l’expérience subjective d’être baptisé dans l’Esprit. De nos jours, lorsque les gens reçoivent le baptême dans l’Esprit plus tard dans la vie, le don de Dieu qu’ils ont déjà reçu au baptême et à la confirmation est éveillé et ravivé en eux.

Ainsi, il est essentiel pour le Renouveau charismatique de garder le lien entre le baptême dans l’Esprit et les sacrements d’initiation. Jésus a établi son Église comme la voie ordinaire par laquelle sa vie divine nous est donnée. La vie dans l’Esprit est impossible en dehors de la vie dans le corps du Christ, et c’est seulement par les sacrements que nous pouvons y entrer.

Que devrions-nous donc faire pour les non-baptisés qui viennent à un séminaire de la Vie dans l’Esprit ? Nous devrions les accueillir à bras ouverts, et dès le début leur expliquer que nous espérons qu’ils renaîtront à la vie nouvelle par le sacrement du baptême, et deviendront disciples de Celui qui baptise dans le Saint-Esprit, Jésus Christ. Nous ne devrions pas prier sur eux pour le baptême dans l’Esprit, ce qui donnerait l’impression trompeuse que le Saint-Esprit est donné indépendamment de l’incorporation au Christ et à son Église.

Cela ne veut pas dire que l’on ne doit pas du tout prier sur eux. On peut prier pour que l’Esprit Saint les éclaire, les bénisse, les guide, les guérisse, et les accompagne dans leur cheminement vers la plénitude de la vie en Christ. L’équipe du Séminaire devrait également se préparer pour pouvoir orienter chacun vers un bon programme de préparation au baptême pour adultes, dès la fin du Séminaire.

Voici l’exemple d’une belle prière que ceux ayant reçu le ministère de la prière pourraient utiliser pour les non-baptisés (inspirée par Ep 1,18-19 ; 3, 19-21) :

Père, nous te prions pour (nom). Dieu et Père de notre Seigneur Jésus Christ, nous t’implorons de donner à (nom) un esprit de sagesse et de révélation pour qu’il arrive véritablement à connaître JÉSUS ! Ouvre son cœur pour qu’il comprenne l’espérance à laquelle tu nous as appelés, les richesses de ton glorieux héritage dans les saints et l’immense grandeur de ta force en nous, croyants. Que (nom) fasse l’expérience de l’amour du Christ qui surpasse toute compréhension, et entre dans toute la plénitude du Seigneur. Père, dont la puissance à l’œuvre en (nom), surpasse infiniment tout ce que (nom) peut demander ou imaginer, à Toi la gloire, dans l’Église et le Christ Jésus, dans les siècles des siècles ! Amen.